Marc Bafuidi (Séléction Le Five) : " Ça nous fera grandir"


Publié le Vendredi 5 Octobre 2018 à 09:01


Nouveau venu dans la Sélection Le Five, l'attaquant parisien a rapidement pris ses marques et a impressionné partenaires et adversaires par sa puissance et sa combativité. Une des révélations de cette coupe du monde avec, en prime, le titre de meilleur buteur de la compétition.


Marc Bafuidi (Séléction Le Five) : " Ça nous fera grandir"
Marc, quel bilan fais-tu avec un peu de recul ?
Le bilan personnel que j’en tire est que je suis plutôt assez fier du niveau que j’ai pu afficher tout au long de la compétition car c’était ma première expérience internationale. J’ai d’abord pris énormément de plaisir à jouer avec mes coéquipiers et j’ai aimé servir cette équipe. Pour un attaquant, marquer c’est ce sur quoi nous sommes attendus, et Dieu merci je l’ai fait. De manière objective, ce tournoi m’a une fois de plus démontré que dans le football, le talent ne suffit pas pour réussir car du talent, beaucoup d’équipes en avait, mais le mental c’est la clé et je pense que c’est ce qui nous a coûté notre place. Mais sans rancune, ça nous fera grandir.

Pour ta première participation avec ce groupe, tu as facilement trouvé tes marques ?
J’ai, comme tout joueur, dû m’adapter à mes coéquipiers car le mini football et le foot à 11, ce n’est pas la même intensité et la même gestion. Tu es parfois amené à changer de partenaire d’attaque toutes les trois minutes au cours d’un même match donc tu te dois de t’adapter à chaque coéquipier. Heureusement, le coach nous a bien préparé en amont. J’ai pu travailler des automatismes avec la plupart des joueurs grâce aux nombreux entraînements et aux matchs de préparations. Et quand tu joues avec des partenaires doués techniquement, il est beaucoup plus facile de trouver ses marques.

Ce match contre le Portugal doit te laisser beaucoup de regrets ?
C’est sûr que oui car on avait jusque-là afficher un beau visage au cours de ce tournoi. Je pense qu’on pratiquait l’un des plus beaux football offensif de la compétition car nous avions quasiment toujours la possession du ballon face à nos adversaires et nous faisions preuve d’une maîtrise technique qui nous avait mis en confiance. Maintenant, face au Portugal, je pense que jouer face au pays hôte avec un public contre nous, nous a un peu crispé et que nous n’avons pas su nous «libérer». Et pourtant Jean Noël (surnom de notre gardien) a été fantastique lors de ce match. Je crois que nous avons perdu ce match au niveau mental.

Vous n'avez jamais semblé trouver de solutions offensives dans ce match ?
Comme j’ai répondu dans la question précédente, nous avons manqué de culot et de concentration dans ce match. Mais il faut reconnaître que le Portugal n’a pas démérité non plus.

Nous n’avons pas su nous libérer

Tu inscrits 7 buts en 3 matchs de poule mais aucun sur les 2 matchs de phases finales, tu l'expliques comment ?
Je ne sais pas comment l’expliquer exactement car l’envie de marquer était toujours présente de ma part, mais les adversaires en ont décidé autrement. Le niveau s’élevait et je pense qu’en ayant marqué autant de buts en phase de poule, mes adversaires m’attendaient de pied ferme. On peut dire que j’étais un peu trop attendu et que j’ai probablement aussi manqué d’efficacité sur le peu d’occasions que j’ai eues.

C'est quoi la suite de ta saison ?
La suite de ma saison, et bien je vais retourner dans mon club. J’évolue au FC Chambly (Club de National), et je vais continuer à m’entraîner et donner le meilleur de moi-même pour continuer à marquer et servir mon club. J’espère surfer sur la dynamique de cette coupe du monde de mini football pour le reste de ma saison.

Le mot de la fin pour toi
Merci à mes coachs qui ont cru en moi et m’ont mis dans les meilleures conditions durant le tournoi, merci à tous mes coéquipiers, je ne vous oublierai pas. Je remercie aussi tous mes proches qui n’ont cessé de me soutenir à travers des messages. Merci aux organisateurs de cette compétition qui permettent à des joueurs comme nous du niveau amateur de vivre un mini rêve. Et merci à 5foot5 pour cette interview.

Paul Scholes



Dans la même rubrique :
< >